Cinéma

Court-métrages

Voyageur de nuit & Les oubliés

09 nov 2022 à 20h30

Soirée de cinéma latino-américain à Paris

Les voyageurs de nuit - Carlos Reyes Lima. 16' 

27 février 1989, une date qui a transformé le Venezuela : El Caracazo. Le film est raconté du point de vue des victimes. Le pays éclate en émeutes, pillages. Un personnage, Miguel, court, se réfugie dans un bus pour sauver sa vie. À l'intérieur le corps blessé d'Aura. Il ne sait pas comment la sauver. Il Imagine sa vie, car c'est ainsi qu'il raconte l'histoire de son pays et la sienne.

Fiction documentaire, réalité, imaginaire, vérité. Un récit clos sur un bus. Un voyage sans retour et de nuit, vers une explosion sociale, qui dessine l'avenir.

Avec l'actrice franco-vénézuélienne Yajaira Salazar et l’acteur vénézuélien Amado Zambrano. Produit par Marco Antonio Pérez, Anabella Sosa et José Ernesto Martínez.

Photographie : Andrés Augusti. Caméra : Carlos Tovar. Son : Carlos Bolívar. Direction artistique : Marcos De León. Première à Caracas, le 27 février 1993.

Prix : Conseil municipal de Caracas, meilleur scénario, 1989. Meilleur court métrage et photographie ANAC, Le cinéma récompense le cinéma. 1993.

 

Les oubliés - Hebert Ramírez. 20' 

Présentation de "Les oubliés ", (2021) le dernier projet d'Hebert Ramírez (Vénézuela), dont il est le réalisateur, producteur, scénariste et acteur. Après son magistral « Poliadoctrinados » (2015), arrive le tant attendu et cinglant « Les oubliés ». Une mise en scène risquée, très expérimentale, autour de l’avalanche de réfugiés entrés par la Méditerranée en 2015. Ramírez soulève des propositions avec un langage symbolique, riche et direct. Le réalisateur plonge dans le chagrin des familles qui doivent quitter leurs maisons, fuyant les bombes, les balles et les injustices assiégeantes. Ramírez, comme toujours, imprime dans cette œuvre son empreinte personnelle de dénonciation sociale, toujours à côté des plus ignorés, remuant les consciences et semant de puissantes graines d'espoir tant désiré.