Actualité

Demande à la poussière

Exposition duo Fredi Casco & Raphaël Tiberghien

22 juin 2019 13 juil 2019

Attaches met le Paraguay à l'honneur 

Matière volatile, la poussière transforme tout ce qu’elle recouvre. Comme la lumière, elle fait disparaître et réapparaitre. Les corps des paysans assassinés que
dessine Fredi Casco dans sa série Pascua dolorosa disparaissent sous la terre, leur terre. Celles des champs qu’ils ont travaillés, là où leurs cadavres ont été retrouvés ensevelis, leurs os réduits en poussières. Pour les ressusciter, l’artiste paraguayen les fait apparaître sous forme d’une série de spectres qu’il appelle Pâques douloureuse : le jour même où le Christ réapparaît, les paysans disparaissent.

 

Dans Poussière, poème déployé, Raphaël Tiberghien raconte la trajectoire des particules du temps qui se répand dans la maison et finit par s’engouffrer dans la gorge du
poète qui balbutie. Si la poussière contraint la voix qui raconte, elle révèle aussi un sens nouveau aux sons.

 

Là où, dans la confrontation physique et verbale avec la poussière, Raphaël Tiberghien fait advenir un autre corps, contraint par elle, Fredi Casco fait ressurgir les corps des disparus des archives ensevelies. Ouvrage du temps, la poussière occulte et révèle. Elle nous rappelle aux mémoires oubliées, rendant visible ce qui n’est plus et bouleversant ce qui est.

 

Commissaire d'exposition : Claire Luna

Assistante de commissaire : Philippine Bardi de Fourtou