Littérature

Les 30 ans du prix Carbet

de la Caraïbe et du Tout Monde

24 oct 2020 à 17h

Le Prix Carbet, porté par l’Institut du Tout-Monde, récompense chaque année une œuvre de la Caraïbe et du Tout-Monde ouverte aux imaginaires et aux identités en résonance.

En cette année 2020, seront célébrés les 30 ans du Prix Carbet de la Caraïbe et du Tout-Monde et de ses poétiques en étendue, en deux temps : jeudi 22 octobre à la Maison de la Poésie (20h30), et samedi 24 octobre à la Maison de l'Amérique latine (17h).

 

Remise du Prix Carbet de la Caraïbe et du Tout-Monde, édition 2020 avec Ernest Pépin (président du jury du Prix Carbet), Dominique Aurélia, Patrick Chamoiseau, Maryse Condé, Raphaël Confiant, Serge Patient, Gerty Dambury, Miguel Duplan, Romuald Fonkoua, Lise Gauvin, Fabienne Kanor, Monchoachi, Nancy Mojeron, Simone Schwarz-Bart, Christian Séranot, Évelyne Trouillot, et de leurs invités d’honneur pour cette 30e édition : Alfred Alexandre, Marie-José Alie, Greg Germain, Yanick Lahens, Jacques Martial, Lolita Monga, James Noël, Arlette Pacquit, Max Rippon, Rodney Saint-Éloi, Élie Stephenson, Mérine Céco…

 

Avec les créations poétiques et musicales de Sophie Bourel et Karim Touré, Mariann Mathéus, Paul Wamo. 

 

Certaines interventions se feront en visioconférence depuis la Guyane, la Martinique, la Guadeloupe, le Canada, etc.

 

« Le Prix Carbet de la Caraïbe contribue chaque année à illustrer et raviver la force de création, les imprévus de l’imaginaire, surgis de cet archipel et de ses prolongements, la parole née de tant d’énergies qui là se sont rencontrées et désormais se reconnaissent, entre les visions à grand espace des Amériques et la poussée flamboyante des Afriques.

Les littératures du monde semblent ainsi se parfaire et se compléter, mais comme autant de champs qui seraient des plaques tectoniques, dont les contacts fulgurent, dont les éruptions et les tremblements dessinent pour les humanités contemporaines une géographie nouvelle, à la fois urgente et menacée. Nous ne suivons pas avec rigueur ni précision les tracées de ces avancements, nous ne démêlons pas avec une science impeccable les détours de leurs langages, nouveaux ou traditionnels, composites ou ataviques, créoles enfin, mais nous éprouvons partout l’intuition de leurs nécessaires connivences. »     (Édouard Glissant)