Psychanalyse

Conférence de Maria Roneide Cardoso

Cartel franco-brésilien de psychanalyse

04 nov 2020 à 18h

Horaire modifié en raison des nouvelles dispositions gouvernementales.

 

Le corps de la femme : scènes et récits d’un objet qui cause toujours

Pendant des siècles, on a cru que le corps de la femme portait en lui un objet baladeur : la matrice Utérus (Hippocrate, Platon), la semence féminine (Galien), le diable (l’Eglise médiévale), les esprits animaux (Sydemann), etc. Depuis l’Antiquité, plusieurs récits essayent de rendre compte de sa maladie et supposent à l’intérieur de son corps cet objet promeneur qui suffoque sa porteuse, l’effraye, se déplace, compresse ses organes, tord son corps au point de le défigurer. C’est avec Freud que fut enfin déchiffré le message et posée la question du désir : « que veut une femme ? ». Trop mobile et figuratif pour qu’on puisse le saisir autrement, il fallut Lacan pour nommer cet objet avec lequel nous nous débrouillons : l’objet a. Il fallut également les changements historiques du XXème siècle, avec la reconnaissance des droits et de la sexualité de la femme, dans les années 60, pour qu’on puisse supposer que l’objet qui cause son désir tourne plutôt autour du vide, du manque à être, en parité avec l’homme, ce qui n’est pas le cas de ses fantasmes. Malgré tout, les choses ont bien évolué pour nous depuis le siècle dernier (quoique…), mais avec le retour de bâton en politique, nul ne sait ce qui adviendra.